Hatsune Miku ~Project Diva F~ – Parce que les idols IRL, c’est trop mainstream

Yohollo,

Suite à la reprise du serveur (et surtout parce que j’ai perdu mon perso sur GTAO), il est temps de quitter le monde du RPG (pas pour longtemps, parce que depuis le 12 octobre…) pour aller voir celui de la musique, et pas n’importe quelle musique : Celle des idols du monde virtuel, celle des Vocaloids. Et je vais parler d’un jeu qui est sorti début septembre sur le PlayStation Network : Hatsune Miku ~Project Diva F~.

Next_Hatsune_Miku_Project_DIVA

Hatsune Miku ~Project Diva F~ est la version PS3 de ~Project Diva f~ sorti auparavant sur PS Vita (oui, à un « f » près c’est le même titre). Dans ce jeu édité par Sega, on se concentre essentiellement sur Hatsune Miku, Megurine Luka, Kagamine Rin & Len, Kaito et Meiko, les Vocaloids créés par Crypton Future Media. On ne compte plus la myriade de chansons interprétés par les Vocaloids depuis leur création. Cependant pour ce titre, on n’en reprend que 38, ce qui est relativement peu au premier abord, mais lorsque l’on multiplie cela par le nombre de difficultés, c’est-à-dire 4, on passe sacrément plus de temps dessus, même si je n’aurai pas été contre plus de musiques.

pjd (79)

Il faut savoir qu’à la base, ce jeu n’aurait pas quitté le Japon si sur la page de Sega liée au jeu n’avait pas eu suffisamment de Like, donc merci à nous les fans de Vocaloids, pour avoir permis la localisation d’un tel jeu. Au niveau de cette dernière, il faut noter que le jeu est une fois intégralement en anglais. Mais là, le niveau requis dans la langue de Shakespeare est dérisoire si on le compare à Dragon’s Crown.

pjd (114)

Vous faites le tutoriel (très sympa au passage, au point que c’est devenu ma sonnerie du moment), et hop, c’est bon, vous êtes parés pour passer des heures à marteler les boutons dans le bon ordre et dans le bon rythme. Rappelons-le, ce jeu est basé sur le rythme. Vous lancez une chanson, des touches apparaissent et suffit d’appuyer sur le bouton correspondant pour valider. Plus vous êtes dans le rythme, plus vous marquez de points. Pour les habitués de la série, pas de changement majeur par rapport aux opus précédents, si ce n’est l’ajout de l’Étoile en plus des 4 symboles que sont croix, carré, rond, triangle. Cette dernière nouveauté se joue en « scratchant » (comprenez par bougez) le stick droit ou gauche.

Le « Chance Time » a été aussi modifié. Pour ceux à qui ça ne parle pas, il s’agit d’un moment dans la chanson où réussir des notes remplit une jauge en forme d’étoile en bas à gauche. Si cette jauge est remplie et que le symbole de l’Étoile apparaissant à la fin du « Chance Time » est réussi, un événement mineur se produira sur la chanson. Naturellement, il y a un « Chance Time » pour chacune des chansons.

Cet opus introduit aussi la « Technical Zone« , qui peut arriver plusieurs fois (ou pas) selon la chanson et la difficulté. Si vous réussissez toutes les notes demandées, vous recevez un bonus de points non négligeable.

Hatsune-Miku-Project-DIVA-F_4

Enfin, l’Edit Mode où vous pouvez créer vous-même vos propres clips fait aussi son retour. Personnellement, ça a pas changé grand chose pour moi : c’est toujours aussi difficile de sortir un truc stylé, et pas trop dur/facile à jouer (et je préfère télécharger les créations de nos confrères du Soleil Levant qui sont prêts à passer des heures pour pondre une chanson éditée de oufzor).

Toute la partie que je viens de vous dire est le cœur du jeu. Place maintenant aux trucs beaucoup plus inutiles, donc indispensables.

La première, c’est si vous avez une télé qui supporte la 3D, vous pourrez l’utiliser pour jouer en 3D. Si ça a l’air cool au premier abord, c’est quelque chose qu’il ne faudrait pas utiliser pendant des périodes prolongées, du moins ce que je conseille. Pour ainsi dire, je joue habituellement sur une télé 40 pouces, j’ai testé la 3D, j’ai arrêté après 30 minutes et j’ai dû ensuite prendre du Doliprane. À utiliser avec modération.

Pour chaque chanson terminée au moins une fois, vous pourrez regarder le clip musical sans avoir à jouer. Après avoir joué un certain nombre de morceaux, vous allez pouvoir visionner des versions « LIVE » de certaines chansons. Dans ce mode, vous pouvez alterner entre les différentes vues de caméra pour admirer la performance chorégraphique du/de la Vocaloid sur scène.

A chaque fois vous terminez une chanson, en fonction de votre performance et de la difficulté, vous recevez des points DIVA, points que vous pouvez dépenser pour diverses choses au DIVA Shop.

La première, c’est pour acheter des costumes (appelés « modules » dans le jeu),  qui donneront un autre aspect visuel lorsque vous jouerez vos prochaines chansons. Parce qu’au début, vous n’avez que les costumes originaux des 6 personnages. À noter que généralement, un costume est associé à une musique, et ne sont déblocables qu’après avoir terminé une fois ladite chanson. Dépassant le nombre de 80, ces derniers seront principalement la source de dépense de vos points DIVA, dans le sens où ce sont les éléments les plus chers du jeu.

Modules

En plus des costumes, vous pouvez également dépenser vos points DIVA pour acheter des accessoires. L’éventail est varié, ça passe du sac à dos d’écolière (lolicon spotted), aux oreilles de chat, en passant par la queue de lapinou et autres accessoires plus ou moins originaux.

Après la partie vestimentaire, on va passer sur un point encore plus inutile : la DIVA Room. Derrière ce mode, se cache un pseudo-jeu de simulation avec vos Vocaloids préférés. Diverses activités peuvent être faites dans ce mode. Vous pouvez « communiquer » avec lui/elle, jouer à Acchi Muite Hoi!, une variante  japonaise de notre Pierre/Feuille/Ciseaux. lui offrir à manger ou à boire, voire même des cadeaux. Tout ceci est pour augmenter l’affection du/de la Vocaloid. Quant à l’utilité de la chose, à part débloquer quelques trophées, cela n’influe en rien sur vos prochaines parties, du moins de ce que j’en ai vu (donc ça sert à rien).

_project_diva__f_screenshot___diva_room_by_maxgtmaster-d65fdks

Niveau graphismes, c’est ni très beau, ni très moche, mais c’est joli (portage HD oblige). Pour ceux qui ont joué aux précédents opus, ils noteront une nette amélioration graphique apportée aux personnages, en particulier sur la fluidité des mouvements d’animation et de l’expression des visages.

En ce qui concerne la difficulté, elle est répartie en 4 niveaux que sont Easy, Normal, Hard et Extreme. Si le mode Easy est facile (Thanks Captain Obvious), le mode Extreme demandera bien plus d’entraînements pour espérer décrocher une bonne note pour la performance. Ce qui fait que chacun peut trouver ce qu’il lui faut en termes de difficulté.

Enfin sur la durée de vie, on passe par un petit calcul. Il y a 38 chansons, 4 modes de difficultés. Ce qui fait que pour faire toutes les chansons dans leurs 4 niveaux de difficultés, il faut jouer au moins 152 fois. Après, les chansons en elles-même durent 3 à 4 minutes (+- 10 secondes), ce qui porte à un temps de 608 minutes  (soit 10 heures et quelques) environ pour faire au moins une fois toutes les chansons dans les 4 niveaux. Enfin, même avec ce laps de temps écoulé, vous n’aurez pas assez pour acheter tous les items que vous propose la DIVA Shop. Donc 10 heures à multiplier par 2, 3 voire 4, en fonction de vos performances. Soit au total, une moyenne de 30-40 heures pour le platiner, ce qui pour un jeu de rythme est plus que qu’acceptable.

Tout n’est pas forcément rose et parmi les principaux points noirs que l’on pourrait noter, il y a l’omniprésence des temps de chargements, même si peu longs et agrémentés par de jolis/mignons artworks, popant à chaque changement de menu. À cela s’ajoute le manque de visibilité de certaines touches lors de certains passages de certaines chansons, notamment les plus colorées où c’est un joyeux bordel, en particulier lorsque vous faites la chanson pour la première fois. Et enfin comme dit plus haut, un relative manque de chansons disponibles.

En conclusion, Hatsune Miku ~Project Diva F~ est un jeu qui plaira certainement les fans de jeux de rythme. Immergés dans le monde des Vocaloids, ils sauront trouver leurs comptes à travers les quatre difficultés, un contenu riche et customizable à volonté, de jolis clips musicaux ainsi qu’un mode spécialement dédié à ceux qui souhaitent créer leur propres clips. Pour une première sortie occidentale à 45 euros, les Vocaloids ont réalisé une belle performance et il me tarde d’avoir la localisation d’autres titres, que ce soit sur PlayStation 3/VITA ou Nintendo 3DS. Il va de soi que si vous êtes un féru de Hatsune Miku&Co, c’est le jeu qu’il vous faut : Miku en Haute Définition, ça ne se refuse pas.

pjd (133)

Poster un commentaire

Post Navigation

Next Post