Manga Numérique, la nouvelle ruée vers l’or ?

Sa sortie à peine annoncée le vendredi 30 Décembre 2011, je me suis empressée d’acheter « Manga Numérique la nouvelle ruée vers l’or? » qui est un ebook disponible sur le iBook Store d’Apple. C’est Mario Geles qui a écrit ce livre numérique sur le thème de la distribution du manga autrement que par le papier. Il est également journaliste pour le site web www.actualitte.com

Aussitôt acheté, aussitôt lu (comme peut en témoigner mon live tweet durant la lecture) et quelle surprise de lire 95 pages dédiées aux différents problèmes que la publication de manga sur support numérique implique ! C’est vraiment très intéressant ! Toutes les problématiques présentées, comme le coût, les aspects techniques, le soucis de proposer un catalogue fournit, les droits de diffusion, les relations avec les auteurs japonais etc… sont décortiquées selon les pays qui tentent de mettre en place des solutions (Les Etats Unis, le Japon et la France). On comprend donc mieux les enjeux et les difficultés de chacun pour rendre disponible les mangas sur Internet.

Mario Geles nous présente des solutions qui ont déjà été testées, sans forcément grand succès comme par exemple Magako ou J-Manga, des plateformes de diffusion que je ne connaissais pas personnellement. Il nous donne des informations chiffrées, et parfois vraiment supprenantes.

Je ne vous en dis pas plus, mais sachez que c’est vraiment très instructif. Alors n’hésitez pas, pour 3.99 € ça vaut vraiment le coup. Afin d’en savoir plus sur le livre et le problème qu’est la diffusion de manga sur support numérique, voici quelques questions auxquelles Mario a bien voulu répondre et nous l’en remercions :

Peux tu te présenter en quelques mots, nous dire ce que tu fais dans la vie ?

Alors en quelques mots, je suis un passionné de manga de la première heure (hé oui je suis un vieux !) et après un parcours assez diversifié j’ai eu la chance de pouvoir travailler sur ActuaLitté en tant que journaliste touche-à-tout mais aussi et surtout spécialiste manga.

Pourquoi avoir eu envie de parler de l’édition numérique des mangas ?

Pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’édition numérique est une problématique que l’on traite régulièrement sur ActuaLitté que ce soit en littérature, enseignement, BD, comics et manga. Ensuite, si j’ai approfondi la réflexion sur l’édition numérique de manga, c’est parce que le moment me semblait propice. J’ai pu constater au fil de mes articles réguliers que pas mal d’initiatives concernant l’édition numérique de manga étaient mises sur pied, mais aussi que certaines problématiques comme le scantrad étaient au centre des réflexions. Faire un dossier puis un ebook m’a permis de prendre du recul, de croiser les données et de tenter de prendre « une photo » de la situation.

Tu as écris à plusieurs reprises que le marché du manga papier allait saturer. Pourquoi ? Cela a un lien avec le fait qu’il y ait beaucoup de sorties ? Problème de budget ?

On peut envisager un risque de saturation du marché papier, mais il n’est pas dit que cela arrivera. D’un côté, il y a une augmentation constante de la production (cf les bilans annuels de l’ACBD) et de l’autre un pouvoir d’achat qui diminue. Les amateurs de manga en veulent toujours plus, mais il est évident qu’au bout d’un moment le porte-monnaie ne peut plus suivre. Encore une fois rien ne dit que le marché ira réellement vers la saturation, mais c’est un risque. Et l’édition numérique de manga (à condition que les offres soient intéressantes et les prix bas) pourrait éviter cela.

Tu évoques que les gros consommateurs de manga ont une affection particulière pour la collection (ce que je comprends parfaitement puisque c’est mon cas). Pourquoi ne pourrait-on pas envisager un système de réduction si par exemple on achète d’abord les chapitres numériquement (dès leur sortie) puis ensuite quand on achète les tomes reliés ?

On peut tout envisager et pour en avoir parlé avec plusieurs éditeurs français, je peux dire qu’ils ne manquent pas de bonnes idées. Le problème reste de réussir à obtenir les droits numériques des éditeurs japonais. Ils commencent à peine à en délivrer au compte-gouttes et imposent des conditions qui ne vont pas forcément dans le sens de ce que les éditeurs français voudraient mettre en place. Cela dit, le système des bons de réductions est intéressant. Dans le monde des comics Marvel est en train de mettre en place une opération dans ce goût-là (avec les Digital Coupon) et DC semble aussi y réfléchir. On peut espérer que les éditeurs de manga s’en inspirent.

Le terme d’agrégateurs revient très souvent. Celui de l’application iPhone/iPad aussi. Pourquoi ne pas imaginer tout simplement un site web qui serait optimisé pour smartphone/tablette, qui serait une sorte d’agrégateur légal ?

Là encore, on peut tout imaginer, le problème principal reste celui de l’obtention des droits. Tant que ça bloquera au niveau des négociations, il sera compliqué de mettre en place quelque chose d’aussi important qu’un agrégateur ou que des magazines anthologiques numériques.

As tu toi aussi été un consommateur de scantrad ?

Je ne suis pas un consommateur de scantrad parce que je préfère lire plusieurs chapitres d’un coup dans un bon gros tome. Il est vrai que c’est parfois frustrant de devoir attendre plusieurs mois pour lire la suite, d’autant plus qu’un tome se finit généralement sur une note de suspens, mais c’est le jeu. Cela dit, il n’est pas possible d’étudier le phénomène du scantrad sérieusement sans voir au moins ce que c’est. Donc, j’en ai lu quelques-uns.

Pour conclure, penses tu que dans un proche avenir on arrivera à avancer dans le domaine du manga numérique ?

On avance déjà. On a vu, il y a peu, les premières offres numériques d’éditeurs français apparaître. C’est bon signe.

On remercie une nouvelle fois Mario Geles d’avoir répondu à nos question. C’est un sujet vraiment délicat à traiter, des solutions pourraient être mises en place, mais en attendant, il faut continuer cette réflexion collective entre les éditeurs, les auteurs mais aussi lecteurs, afin de trouver peut être un jour un moyen de diffuser facilement le manga sur plateforme numérique.

8 commentaires

  1. Pingback: Que doit-on penser du scantrad ? | Yatta

  2. Koryu on 11 janvier 2012 at 16 h 07 min said:

    Bien sûr, ce n’est pas légal… selon les lois actuellement en vigueur qui mettent en avant, il faut bien le dire, plus l’argent que la ‘culture’… mais c’est un autre débat, je pense :p
    Et en ce qui concerne les auteurs, je ne suis pas certaine qu’ils voient vraiment un inconvénient au fait que des pays où l’oeuvre n’a pour ainsi dire aucune chance d’être licenciée la découvre par ce moyen au lieu de ne jamais en entendre parler… Après tout, la problématique traitée dans cet ebook se focalise sur la réaction des auteurs lorsque leur travail disponible à l’achat (et surtout au Japon) est piraté… Il faudrait, en fait, qu’un jour ce soit cette question qui leur soit posée pour obtenir une réponse claire sur le sujet

  3. Akabarasan on 11 janvier 2012 at 14 h 59 min said:

    Merci pour ton commentaire, ta remarque est très intéressante. Mais malgré tout il ne faut pas oublier que le scantrad n’est pas légal. Même si une oeuvre n’est pas licenciée en France, ça n’empêche pas à l’auteur d’avoir travailler dur dessus. Ce n’est pas juste pour lui si on la découvre gratuitement… Sauf si bien sûr c’est lui qui décide de diffuser librement son oeuvre.

  4. Akabarasan on 11 janvier 2012 at 14 h 57 min said:

    Je pense qu’il faut tout de même y réfléchir. Les gens ont des moyens de consommation différent, pense aux films : certains sont fiers de les avoir en DVD/BR et d’autres se contentent de les voir en VOD par exemple. Tout le monde n’a pas envie de collectionner. Et puis si on propose des mangas en numérique à 2€ par exemple , cela pourrait permettre à des gens qui n’ont pas forcément un gros budget manga de pouvoir lire ce qu’ils veulent

  5. Koryu on 11 janvier 2012 at 9 h 07 min said:

    Acheté et lu !
    Et franchement, pour peu qu’on s’intéresse au domaine, ça en vaut la peine

    C’est une vue très claire et relativement complète sur le manga numérique à l’heure actuelle. S’il n’y qu’une petite chose qui me chiffonne, c’est le fait de ne pas avoir abordé un point important du scantrad : qu’il n’est pas vraiment imaginable que TOUTES les oeuvres japonaises soient un jour licenciées et traduites et que sa disparition totale interdirait donc aux pays étrangers de découvrir certains mangas.

    Mais, dans l’ensemble, c’est un excellent ebook que je recommande également

  6. Echizenete on 9 janvier 2012 at 0 h 33 min said:

    Pour moi si le manga passe au numérique ce serait une grave erreur, un manga s’apprécie en version papier. En numérique ça nous fera penser à du scantrad payant or depuis des années on est habituer à lire gratos en numérique et le papier est pour nos manga favoris qu’on a envie de garder des années alors rien que pour l’aspect collection la version numérique ne sera jamais fait pour mon mode de consommation du manga

  7. Silvery on 3 janvier 2012 at 21 h 30 min said:

    Merci pour cet article très intéressant
    Les « manga numériques »…Sa me fait tout de suite penser aux scantrad x)
    Vive les manga au format papier et espérons qu’il n’y est pas de problème !

  8. Koryu on 3 janvier 2012 at 21 h 13 min said:

    Moi qui hésitais, voilà qui me fera peut-être me décider à l’acheter !
    Ayant fait mon travail de fin d’étude, il y a quelque temps déjà, sur la dématérialisation du livre, j’avoue qu’avoir un état des lieux de ce qu’il en est pour le manga à l’heure actuelle…

    Je l’achèterai sans doute dans pas très longtemps grâce à cet article

Laisser un commentaire

Post Navigation