A la découverte des ARG

Classé dans Jeudi Confession , Jeux Vidéo 0 Commentaires

Aujourd’hui, je vais vous parler jeux vidéo. Et j’ai une confidence à vous faire, même si je n’ai qu’une formation dans le domaine de l’informatique, j’ai eu l’occasion il y a quelques années de bosser sur un sujet plus qu’intéressant : les ARG. Mais qu’est ce que veut bien dire ARG ? Mais non… je ne vais pas vous faire un cours sur les onomatopés, ici il s’agit de jeux vidéo, ou plutôt d’un genre peu connu. Ce sigle signifie Alternate Reality Game ou en français dans le texte Jeu en Réalité Alternée. Le but de ce type de jeu consiste à rendre le plus imperceptible possible la barrière qui sépare notre partie de jeu du monde réel dans lequel nous nous trouvons.

Avec l’arrivée de jeux du type ARG, la façon dont est conçu le jeu vidéo est totalement différente. Alors que nous faisons face aujourd’hui à une industrie qui, dans la majorité des cas, fait tout pour créer un monde dans le jeu qui soit le plus proche du réel, l’ARG se développe à contre sens. Tout le principe de l’ARG consiste à introduire le jeu dans le monde réel.

Pour la reconnaissance ou la publicité d’un titre, les éditeurs n’hésitent pas aujourd’hui à utiliser différents moyens de communication : publicité dans la rue, sur le net, ou bien encore avec l’aide de films d’animation. Le développement d’un ARG utilise très souvent l’ensemble de ces moyens de communication, non pas pour faire connaitre ce genre de jeu, c’est plutôt pour pouvoir communiquer le mieux possible avec une grande quantité de joueurs.

Malheureusement, ce genre de jeu n’est que très peu connu du grand public. Seul un titre comme « In Memoriam » en France s’est fait un peu connaître, et encore, pas spécialement pour le fait qu’il soit un jeu en réalité alternée. A part cet exemple, peu de titres ARG ont fait parler d’eux dans la presse. Cependant, certaines industries, qui ne sont pas forcément liées à l’univers du jeu vidéo, y voient une manière nouvelle de communiquer et de faire participer le public.

Un ARG se définit par son scénario…

Dans l’ARG, le scénario a une place primordiale. L’histoire est importante tout au long du jeu, il y a un véritable fil conducteur du début à la fin. Sans s’intéresser à l’histoire qui se déroule en fond, il n’est pas possible d’avancer dans le jeu, c’est justement l’histoire qui va guider le joueur afin de trouver les premiers indices, qui lui permettront à son tour d’avancer dans le jeu.

Ce qui différencie le jeu vidéo « classique » et un jeu en réalité alternée est la notion d’immersion dans l’aventure, l’implication dans le scénario du jeu, la part que prend la participation du joueur dans l’histoire. Avec l’ARG, il ne s’agit plus de simplement cliquer, de sauter ou de tuer les ennemis, il faut dorénavant agir comme un véritable enquêteur ou stratège afin de trouver les indices qui aideront à résoudre l’énigme entourant l’histoire.

Il convient d’ajouter que l’ARG est également un moyen de communication marketing, qui est utilisé de plus en plus couramment. En effet, cela a déjà été employé pour la promotion de films, de jeux vidéo ou de séries télévisées : un exemple très récent : le jeu autour de la série Braquo de Canal+

Un ARG se définit par ses interfaces physiques…

On peut considérer tous les objets de la vie courante comme des contrôleurs de jeu. Mais le gros avantage avec ceux-ci, c’est qu’ils nous sont communs. Pourtant dans le cadre d’un jeu en réalité alternée, tous ces supports peuvent apporter des informations parfois clefs pour la résolution d’énigmes.

La principale source d’information pour ce type de jeu est Internet. Dans beaucoup de cas, ces jeux sont accompagnés de plusieurs sites web pour communiquer les informations aux joueurs. Mais ces sites ne sont pas les seules ressources sur Internet. Il y a des communautés qui se créent autour des jeux, notamment des forums, pour que les joueurs se retrouvent et échangent leurs idées, leurs avancées, leurs suppositions…

Mais les nouvelles technologies de l’Internet ne sont pas les seules à pouvoir fournir de l’information. Plusieurs jeux ont déjà utilisé la presse papier à travers le monde. Que ce soit à travers des encarts de publicité ou bien de petites annonces, tout ce qu’il y a de plus banales, mais que les joueurs avertis ne laisseront passer sous aucun prétexte.

Le téléphone aussi est un des moyens très utilisé dans ce type de jeu. Il vous sera demandé ou suggéré parfois d’appeler un numéro, derrière lequel se trouvera peut-être simplement un répondeur ou alors une vraie personne qui dialoguera avec vous. Pour le projet français « In Memoriam », plusieurs dizaines d’acteurs ont été embauchés pour enregistrer des messages ou répondre aux joueurs. Mais parfois c’est vous qui recevrez un appel d’une personne inconnue pour vous aider dans votre quête.

Le téléphone est parfois associé aux lieux publics. Pour le jeu « I Love Bees», des rendez-vous étaient donnés par l’intermédiaire bien sûr de diverses énigmes. Une fois sur place et à l’heure indiquée, un téléphone public se mettait alors à sonner, et en tant que joueur il vous fallait vous précipiter vers le combiné et être sûr de pouvoir retenir le message qui allait vous être dicté, car il n’y aurait pas de deuxième chance.

Par ces différents points, les ARG sont vraiment plus immersifs, ici ce n’est pas le joueur qui s’intègre dans un univers de jeu mais bien le jeu qui s’intègre dans l’univers du joueur. Et même si ce type de jeu parait très séduisant, il reste cependant quelques problèmes…

Le genre n’est pas très connu…

Hormis les jeux qui ont été cité plus haut, on peut facilement dire que le genre ARG n’est pas démocratisé du tout. Etant donné qu’il est plus souvent un outil marketing pour faire la promotion d’autres médias (séries TV, film etc…) il est difficile de le « caser » parmi les jeux vidéos. Et pourtant… Pour les joueurs qui sont à la recherche de réalisme, de choses toujours plus vraies, quoi de mieux que d’enquêter dans la vraie vie pour trouver la solution à une énigme ?

Le genre est chronophage…

Un des problèmes des jeux en réalité alternée est le temps que l’on doit y consacrer si l’on veut être au courant de toutes les avancées scénaristiques et si l’on veut rester au plus proche de la solution de l’énigme. Une idée qui pourrait permettre de garder contact avec l’intrigue serait d’avoir une série en parallèle de l’ARG. L’ARG représente un type de jeu qui a l’avantage de pouvoir se découper aisément en épisode et en saison, ce qui s’adapte très bien à une série.

Le problème du spoil…

Les jeux de type ARG sont d’une telle envergure, qu’il existe des forums sur Internet permettant de s’entraider pour résoudre les différentes énigmes proposées par le scénario du jeu. Seulement, on imagine bien qu’un joueur commençant tout juste le jeu, peut être déçu de pouvoir déjà trouver les solutions aux premières énigmes sur Internet.

Si on arrivait à médiatiser vraiment le genre, à le rendre plus accessible et bien cadré les expériences de jeux, je pense que les ARG pourraient vraiment faire parler d’eux !

J’espère que vous aurez appris des choses dans cette nouvelle concession, qui avait plus vocation de vous présenter un type de jeu plutôt qu’à vous faire une vraie révélation ! A jeudi dans deux semaines

Posté par Akabarasan   @   29 décembre 2011 0 Commentaires
Tags : alternate reality game , arg , eric viennot , in memoriam , jeu réalité alternée , ,

0 Commentaires

No comments yet. Be the first to leave a comment !
Ecrire un Commentaire

Article précédant
«
Article suivant
»