J’avoue, j’aime aussi les mangas moches !

Pour ce deuxième rendez-vous « jeudi confession » (lire le premier juste ici), j’ai de nouveau un aveux à vous faire (en même temps c’est le but). Je lis pas mal de mangas, et en 4 ans je commence à avoir lu beaucoup de genres différents, même si j’ai une nette préférence pour les seinen. Aujourd’hui je suis donc capable de faire un constat simple : même si un manga est « moche », ça n’enlève en rien sa qualité quand celui-ci est bien construit.

Ce qu il faut savoir, c’est que lorsque l’on parle de manga, le dessinateur a autant d’importance que le scénariste, si ce n’est pas plus. Dans certains mangas, l’histoire peut parfois être racontée uniquement en dessin, sans bulle, et c’est dans ces circonstances qu’on s’aperçoit à quel point le dessin tient une place importante dans le manga. Certes, ce n’est pas le dessinateur qui invente l’histoire des personnages, qui décide du contexte, de l’époque, de les faire grands, petits, réalistes ou typées cartoon, mais c’est grâce à la plume du dessinateur que les personnages trouvent leur âme, c’est par lui que les émotions s’affichent ! Il est d’ailleurs parfois frustrant pour le dessinateur de ne pas avoir une totale liberté sur la création d’un manga. C’est, entre autres, pour ces raisons que l’on trouve parfois des mangas qui sont entièrement réalisés par une seule et même personne qui se charge alors du dessin et du scénario. Dans la plupart des cas, le dessinateur a souvent un style qui lui est propre, qui fait que l’on est capable rien qu’en voyant le dessin de deviner qui en est le créateur, je pense notamment à Takeshi Obata pour Death Note et Bakuman ou encore à Hiromu Arakawa pour Full Metal Alchemist et Hero tales…

Cependant, je vous l’accorde, lorsque l’on est perturbé par le dessin, cela peut énormément géner dans la lecture. J’ai rencontré cette situation il y a quelques mois, lorsque j’ai découvert Wolf Guy (mais si, souvenez vous, l’un de mes gros coups de coeur en manga). Bien que je surkiffe ce manga, j’ai été très déstabilisée par la représentation d’Haguro, qui semble tout droit sorti d’un autre manga. Voyez par vous même, alors que la plupart des personnages sont plutôt représentés en rondeur, presque en douceur, Dou Haguro apparaît avec des traits durs (bon OK c’est son personnage qui veut ça, mais quand même…), il a de tous petits yeux etc… :

Claymore est également un très bon exemple lorsqu’il s’agit de comparer la qualité de l’histoire et à celle du dessin. Côté scénario, on peut difficilement faire mieux : on y parle de monstres, de guerrières, de violence mais aussi et surtout de sentiments (lire la review de la série animée), par contre si on farfouille un peu du côté dessin, on a un style tellement particulier que cela en est presque dommage et gênant dans la lecture, c’est à la fois simpliste et les personnages ne sont pas toujours bien proportionnés. Bizarrement, on n’a pas cette sensation dans l’animé, et j’ai envie de vous dire heureusement ! Bref, on peut quand même dire que c’est un manga très appréciable, quand bien même le dessin fait « tiquer ».

Le dernière exemple en date concerne Indigo Blue qui est mon premier Yuri (que je chronique d’ailleurs dans le podcast Jusqu’à ce que le Yuri nous dévore). Niveau dessin, on ne peut pas dire que c’est beau, ni que c’est laid, mais que c’est simplissime. Certains diront qu’ils auraient pu dessiner eux même le manga tellement il y a très peu de traits, peu voire pas de background, mais dans ce cas précis, on s’en fiche complétement. Tout est centré sur l’histoire d’amour entre ces deux jeunes femmes. Dans ce manga, on n’est clairement pas là pour apprécier le dessin, mais juste pour se projeter dans un triangle amoureux très compliqué. C’est pour cela que, selon moi, le dessin est mis au second plan, pour laisser toute la place à la richesse de cette histoire.

En conclusion, je pense que quoiqu’il arrive, il faut toujours laisser sa chance à un manga. Quand on lit, le but du jeu est aussi de laisser travailler son imagination, alors même si en effet on a les personnages sous les yeux, on peut se laisser transporter par un univers, et se laisser emmener dans une histoire, même si le dessin n’est pas séduisant.

Tags: claymore, dessin, indigo blue, , , scenario, wolf guy

10 Comments to "J’avoue, j’aime aussi les mangas moches !"

  1. Yann dit :

    En parlant de comics US, un bon exemple est The Walking Dead. Des couvertures qui déchirent, un bon scénario. Mais des dessins plus ou moins à la ramasse selon les pages, c’est très inégal d’un volume à l’autre. D’ailleurs j’ai arrêté la lecture à cause de ça.

  2. [...] bout des ongles Bref, revenons à nos pigeons. Ayant un peu critiqué le manga Claymore dans mon dernier article Jeudi Confession, j’avais envie de me rattraper un peu en parlant de l’anime que j’ai [...]

  3. Laurent dit :

    Globalement d’accord avec Caro. Avec le temps et la découverte de beaucoup d’autres manga, le style Toriyama m’ennuie presque. J’avais feuilleter un jour un Saint Seya et avait rejeté en bloc le style de Kurumada.
    Donc le dessin reste une première accroche. Ca fait pas tout mais c’est le premier contact que l’on a avec le manga. (Je ne vous ferai pas la comparaison avec la séduction mais y’a de ça )
    Après, sauf truc très vilain, cela me semble subjectif comme appréciation.
    Et je vous rassure, les même débats font rage dans les comics US…

  4. Timetorock dit :

    Y a aussi complètement l’inverse. Je prends l’exemple d’Afro Samurai (manga) un scénario vite fait mais des dessins qui déchirent. On arrive pourtant bien a rentrer dans le manga et je l’ai adoré.

  5. Numero 9 dit :

    Je suis totalement d’accord avec Caro pour ce qui est de l’idée principale. Et je pense que la grande majorité des personnes qui lisent des mangas le sont aussi.On préfèrera toujours avoir une histoire qui déchire même si les dessins sont moyens.
    Après c’est vrai que des dessins vraiment moches ou avec un style très prononcé ont tendance à ne pas m’encourages à commencer un manga, mais une fois dans l’histoire, c’est limite si les dessins on s’en fout.
    J’ai lu Indigo Blue et franchement ça ne m’a pas gêné. C’est sur que c’est très spécial, mais quand on rentre dans l’histoire on ne fait plus attention aux dessins.
    Par contre je rejoins Misaki et Mel0k sur Claymore. C’est vrai qu’il y a quelques bugs de proportions dans les 3-4 premiers tomes, mais franchement c’est pas ça un manga moche (moi je suis même carrément fan du style).
    C’est pas beau ça ^^?
    https://fictionfr.free.fr/themes/mf/images/articles/claymore/scan3.jpg

    Bref, des beaux dessins c’est bien, une bonne histoire c’est mieux!

  6. Misaki dit :

    Ah non on touche pas à Dragon Head hein ^^ Parce que c’est quand même un fuckin’ chef d’oeuvre (dans son style) !
    Mais sinon je suis d’accord avec Mel0k : les dessins de Claymore sont loins d’être moches (même s’ils ne sont pas aussi fins et détaillés que dans Berserk, autre série du même genre), ce manga est d’ailleurs toujours l’un de mes préférés parmi ceux en cours de parution.
    Si on veut du vrai moche qui cartonne commercialement alors effectivement il faut plus se pencher sur HxH où sur certains chapitres c’est limite du foutage de gueule ce qu’il nosu fait le père Togashi. D’ailleurs pour ceux qui lisent en prépub vous pouvez remarquer qu’il retouche quand même pas mal ses dessins avant la parution en volume relié.

    Sur le fond je pense qu’on est tous d’accord, moi aussi je préfère des dessins moyens mais une historie qui tue plutôt que l’inverse. Peu de personnes connaissent mais avant de faire Nodame Cantabile NINOMIYA Tomoko a sorti Tensai Family Company, une série qui déchire tout mais avec des dessins de shôjo… (et dans ma bouche c’est pas un compliment hein :p).
    Enfin des exemples comme ça il y en a pas mal : Saint Seiya est un carton générationnel pourtant KURUMADA dessine avec deux mains gauches… ^^’

    « A part Ken le survivant peu de manga réaliser en collaboration sont devenus cultes. » => Death Note est quand même LE manga culte (récent) à avoir démocratisé ce système. D’ailleurs c’est pas un hasard que dans Bakuman nos jeunes héros soient deux pour la confection de leur manga !

  7. Rashaishai dit :

    Moi je pensais plutôt à Kaiji, les personnages sont vraiment moches avec leur nez et menton mais l’histoire est géniale!

  8. Mel0k dit :

    ça te motivera peut-être pas a tenter l’aventure version papier, mais le scénario du manga a été changer pour l’anime afin de lui donner une fin.

    SPOIL anime
    L’affrontement contre priscila n’a pas lieu et a partir du tome 12 une nouvelle ère commence 7 ans après la guerre nordique
    /SPOIL

    M’enfin, moche c’est Dragon Head ou les derniers tomes de HunterXhunter. Pas claymore : p

  9. Sabak' dit :

    Moi je suis d’accord pour Claymore… j’ai pas acheté les mangas parce-que je trouve les dessins moches et que ça me peturbe… J’ai adoré la série et je regrette qu’il n’y ait pas de suites animées.

  10. Mel0k dit :

    Bonsoir

    Je ne vais malheureusement pas quitté mon ton de pisse-vinaigre habituel mais WTF ?
    Prendre l’exemple de Claymore pour parler de dessin approximatif ça me laisse pantois.
    Alors certes le trait de l’auteur n’est pas toujours parfaits ( les figurants en particulier pour les premier tome ) mais l’auteur reste un sacré virtuose.
    ( surtout quand a coté on défend Akiba : p petite pique facile )
    Pour ce qui est de la conversion en animé les charas design sont retravaillé de manière millimétré
    Pour le pire ( Hellsing, I »s ) comme le meilleur ( K-on !!! )
    Pour Wolf Guy, il me semble qu’il sont 2 dessinateurs ce qui explique surement le manque d’homogénéité qui m’avait aussi frappé

    Autre point qui m’as fait un peu tiquer, c’est qu’a te lire on a l’impression qu’un manga est souvent issus d’une collaboration alors que c’est plutôt une exception.
    A part Ken le survivant peu de manga réaliser en collaboration sont devenus cultes.

    Par contre sur le fond je te rejoins totalement, ce n’est pas forcement un bon dessin qui fait un bon manga mais un bon scénario et une bonne mise en page.

    ça dépend aussi de ce que l’ont veut raconter
    Berserk ou GUNNM ne fonctionnerait surement pas avec un style plus simple comme ceux d’Oda ou de Toriyama.

    L’exemple parfait étant PLUTO
    Urasawa à beau être un fuckin’ god ( j’ai commencer Happy, ça m’en a tirer des larmes d’admiration ), son encrage très léger rends sa robotique peu crédible et du coup on ne rentre pas totalement dans le manga.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

Podcast à portée d'oreille !!!