A-t-on le droit d’aimer les jeux video et d’être une quiche ?

Le titre de l’article parle de lui même ! C’est une question qui m’est subitement venue à l’esprit alors que j’étais en train de jouer tranquillement sur ma PS3, mais en fin de compte, elle a toujours été enfouie en moi (la question, pas la PS3 hein….). Aujourd’hui je fais mon coming out, OUI il m’arrive d’être une quiche aux jeux video mais j’assume ! 

Après mon expérience au Paris Games Week, notamment en tant que Game One Reporter (eh oui, même une semaine après vous en mangez encore), où je me suis exposée devant des centaines de personnes, manette en main, inutile de vouloir camoufler la vérité davantage, je ne suis pas spécialement douée pour les jeux video. Seulement, mon intérêt pour eux est-il à taire ? Dois-je rougir ? Bien sûr que non !

Ma vie sentimentale de gameuse

La première fois que j’ai tenu une manette de jeu, c’était il y a 15 ans, j’ai alors reçu pour mon anniversaire une Super Nes, avec quelques jeux comme Super Mario World, Sailor Moon, Asterix et Obelix, Lucky Luke, Donkey Kong Country, R Type etc… Dès l’instant où la console a été branché dans ma chambre, je ne quittais plus ce lieu de plaisir des yeux, de découverte vidéoludique et j’en passe… Je pouvais jouer des heures et des heures, recommencer les niveaux X fois jusqu’à les réussir. Eh oui, à 10 ans, j’étais une hardcore gameuse. J’ai joué pendant des années à ces jeux, qui finalement pour l’époque étaient assez difficiles. Puis finalement, pris par d’autres occupations de l’adolescence, j’ai lâché un peu la console.

Ma seconde histoire d’amour vidéoludique, je la dois à ma bonne vieille usine à gaz Xbox. Quelles soirées en amoureuses nous avons pu passer… A écouter de la musique en tête à tête, à me faire le coup de la panne sur Forza, à me faire courir partout sur Top Spin, et même à jouer les CT dans Counter Strike… Vous vous rendez compte, elle m’aura fait faire tout et n’importe quoi cette console.

S’en est suivi une longue période d’errance affective, passant de Nintendo DS Lite, à la PSP, en tâtant de la Gamecube, de la Wii et même un peu de Xbox 360, sans que mon coeur sache qui choisir. Et puis finalement, par la force des choses, la PS3 s’est imposée ! A moi les jeux les plus débiles du genre Trash Panic, aux jeux les plus sophistiqués comme Uncharted ! Ma vie de gameuse a repris tout doucement il y a presque 4 ans, et depuis, ça n’a pas cessé de m’obséder.

Aujourd’hui, je ne sais pas qui choisir, la Nintendo 3DS (pour passer des heures et des heures sur Super Mario 3D Land et Mariokart 7) ou alors la Xbox 360 (pour m’agiter le popotin devant Kinect et conduire de superbes caisses dans Forza 4 ?). Et puis, je suis toute excitée face à la sortie prochaine de la PS Vita aussi… Je vais perdre la tête à ce rythme.

Comment ça je suis une quiche ?

Il faut se le dire, il y a encore quelques années, c’était la croix et la bannière lorsqu’il s’agissait de jouer à un jeu où il fallait gérer les déplacements avec le joystick gauche et la caméra avec le joystick droit. Mais promis, depuis je m’entraine ! Il semblerait que malgré tout j’ai une prédisposition à être meilleure aux jeux bourinos ! Ainsi, même si mon Funky Man peut témoigner du contraire vu la branlée qu’il m’a infligé sur Soul Calibur V, en général, sur les jeux de combats (du genre Mortal Kombat/Soul Calibur IV) ou de voitures (NFS/Burnout), je m’en sors pas trop mal (à condition de ne pas avoir une caméra braquée sur moi pendant que je joue…)

Par contre, dès qu’il s’agit d’un jeu action/aventure, où il faut se repérer dans l’espace, dégainer son arme à tout bout de champ, de ne pas se faire repérer par les ennemis, caméra ou pas, je suis une quiche… En plus, je cumule les handicaps, je suis une vraie stressée de la vie, alors les jeux dans un milieu sombre, où les méchants arrivent de nulle part sans faire de bruit, me posent encore plus de soucis. Je sursaute, je cours dans tous les sens, j’ai alors du mal à garder mon sang froid… Bref, certains répondront que la quiche c’est bon, OK ! Seulement, n’est-ce pas là un désavantage pour être crédible une manette à la main ?

Je fais partie de ces femmes du troisième millénaire qui éprouvent beaucoup de plaisir à voir les autres jouer. Ainsi, j’ai pleuré devant Metal Gear Solid 4, complètement retournée par l’histoire, alors que je n’avais pas la manette à la main. Plusieurs fois dans God Of War (tout épisode confondu) il est arrivé que je trouve la solution pour passer à la suite, ayant un peu de recul par rapport à la mécanique du jeu. Et alors, OUI dans ces moments je n’ai pas joué, mais qu’est ce que ça change ? Dois je dire à Kratos que tout est fini entre nous ? Je n’en ai pas la force…

On a tous le droit d’aimer les jeux video

…Et on a surtout tous le droit de les aimer de façons différentes. Certains gameurs sont du genre fougueux, d’autres distants, voire sélectifs sur les genres. Moi je suis sympa, j’aime un peu tout le monde (eh oué je suis comme ça moi, un vrai bisounours). Mais je suis du genre à « survoler » les jeux. Comme dit plus haut, j’ai replongé dans le monde du jeu video il y a quasi 4 ans, il me faut donc un peu de temps pour reprendre ma culture videoludique, apprendre à bien en parler, à travailler le sujet à fond. Alors oui je n’ai jamais été fan de Zelda, je n’ai pas non plus joué aux Pokémons, mais flûte !!!! J’aime quand même le jeu video !

Je pense que quelque soit le thème de notre passion, il y a plusieurs degrés d’addiction et de curiosité. Je suis triste que certains gameurs méprisent les autres sous prétexte qu’ils ne connaissent pas le nom de l’éditeur de tel ou tel jeu, ou encore parce qu’ils ont oublié certains mécanismes de gameplay n’ayant pas touché au jeu depuis longtemps. Il faut laisser place à la tolérance dans ce milieu aussi ! A chacun son rapport avec le jeu video. On est avant tout ici pour partager notre passion, en discuter ensemble et surement pas là pour se moquer de celui qui n’aurait jamais joué à Mario Kart de sa vie.

Pour conclure, je pense qu’à partir du moment où on aime quelque chose, qu’on a envie de le partager, personne ne doit avoir honte de parler de sa passion, même si on n’est pas expert dans le domaine. Avec le temps, on découvre ou redécouvre certains jeux, certains univers, et on est alors heureux de pouvoir en parler avec d’autres passionnés. Que ce soit les jeux videos, les mangas, les films, les séries, la musique et j’en passe… On peut passer notre vie à s’intéresser, mais il est difficile de se dire qu’on arrivera à tout connaitre !

Tags: ,

11 Comments to "A-t-on le droit d’aimer les jeux video et d’être une quiche ?"

  1. joe dit :

    moi aussi, j adore regarder les autres jouer. Et je suis une quiche. Mais j adore les jeux de combats type soul calibur! Au collège, je jouais à UT (unreal tournament) et CT (counter strike) j etais tjs la 1ere a me faire tuer moi je jouais tjs avec les armes blanche et non en mode sniper (je trouvais ca lace) efin bref, j adore les jeux videos mais je suis une quiche
    Merci cet article, je me suis reconnue à plusieurs reprises!
    Je ne suis pas une hardcore gameuse mais j aurai pu.

  2. Glose dit :

    Moi j’en suis devenue une… de quiche :/

    J’étais plutôt pas mal petite. Mais, je me souviens juste avoir fini les Simpsons sur la Nes.
    Ahaahah… tout se perd sans pratique !

  3. [...] ce deuxième rendez-vous « jeudi confession » (lire le premier juste ici), j’ai de nouveau un aveux à vous faire (en même temps c’est le but). Je lis pas mal [...]

  4. deprofundis dit :

    Le jeu video est avant tout un divertissement, c’est pour ça qu’il vend autant et tous ne sont pas des hardcore gamer ou des scorers. J’ai dû finir 5 jeux dans ma vie et j’utilise régulièrement les soluces quand je suis coincée. Je n’ai plus le temps de m’arracher les cheveux sur un jeu, je veux juste avancer et profiter de l’expérience.
    Bon article ^^

  5. deprofundis dit :

    Le jeu video est avant tout un divertissement, c’est pour ça qu’il vend autant et tous ne sont pas des hardcore gamer ou des scorers. J’ai dû finir 5 jeux dans ma vie et j’utilise régulièrement les soluces quand je suis coincée. Je n’ai plus le temps de m’arracher les cheveux sur un jeu, je veux juste avancer et profiter de l’expérience.
    Bon article ^^

  6. Bastien C. - Doc Unco dit :

    GG pour l’article Caro !
    Ulala être bon dans les jeux… 18 ans que je joue aux JV et je suis toujours une quiche Et pourtant je suis parti pour devenir Game Designer comme quoi !
    Qu’on finisse les jeux en facile, qu’on one credit un jeu ou qu’on enchaine 12 hits combo sur un jeu de baston on s’en fou : l’important c’est de prendre son pied manette en main ! C’est ce que tu nous explique et tu le fais très bien

  7. Saglagla dit :

    Super article Caro ! Figure toi que je me sent aussi assez concerner par ton article, car je suis plus ou moins dans le même cas… ^^ Je ne suis pas bon, ni mauvais, mais j’adore jouer
    Franchement, super article qui nous délivre en confession tes « sentiments » pour les jeux vidéos !
    Tu renvoie finalement une vison très réaliste de la passion plutôt que de ces gamer professionnel (à la limite du commercial) qui finalement, ne sont plus parfois vraiment passionné mais adicte !
    La passion est là avec toi & tu nous le fait partager à merveille !

  8. Akabarasan dit :

    Merci beaucoup pour ton commentaire, il complète très bien mon article ! Mais vraiment, tu as capté ce que je voulais faire passer comme message ! Merci BEAUCOUP !!!!

  9. Luna Tick dit :

    (Tu n’as jamais joué à Pokemon ??!!??)
    Blague à part, c’est un bien bel article que tu nous livres là, merci. Tu partages avec nous ta passion des jeux en toute simplicité, c’est très touchant. Finalement, une passion, ce n’est pas une chose pour laquelle on excelle, c’est quelque chose qu’on aime, qui nous fait vibrer et auquel on revient malgré les difficultés.

  10. Akabarasan dit :

    Je me doutais que cet article te plairait, je ne l’ai pas écrit en parlant aux noms des filles uniquement, mais pour tous les amateurs de jeux en général
    Et sinon oui, tu as l’esprit tordu ^^

  11. Laurent dit :

    D’un coup je me sens moins seul. J’aime l’expérience jeu vidéo comme j’aime l’expérience cinéma, embarqué dans un autre monde. Moi le score, les trophées, peu m’importe. Merci Caro de nous montrer une belle façon d’aimer les choses.

    Par contre, ce fou rire en lisant « pris par d’autres occupations de l’adolescence »…
    Ah esprit tordu quand tu nous tiens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

Podcast à portée d'oreille !!!