La fin du monde, avant le lever du jour

Classé dans Manga 0 Commentaires

Titre original : Sekai no Owari to Yoakemae (世界の終わりと夜明け前)

Auteur : ASANO Inio

Publication jap :
- Big Comic Spirits (Shogakukan)
- 1 volume (Terminé – 2008)

Publication fr :
- Kana
- 1 volume (Terminé – 06/05/2011)

Prix : 15 €

« Les histoires du recueil ne sont pas toujours roses. Elles nous racontent l’histoire de collégiens, d’un père qui se fait licencier, d’une jeune femme qui retrouve une ancienne lettre qu’elle a écrite elle-même cinq ans auparavant, …

Ces petits bouts de récits sont un apprentissage de la vie. Ils nous poussent à toujours aller de l’avant malgré les hauts et les bas du quotidien. »

Tel est le synopsis proposé par Kana pour La fin du monde, avant le lever du jour (Sekai no Owari to Yoakemae – 世界の終わりと夜明け前) la dernière oeuvre sortie en France du génie Asano Inio. Qui ça ? Mais si souvenez-vous de l’auteur du génial Solanin dont je vous avais tant vanté les qualités dans le Yatta #17.

Trois ans après Solanin, Asano nous revient donc avec ce recueil d’histoires totalement ancrées dans le Japon d’aujourd’hui avec une ambiance fidèle à ses précédents ouvrages. On passe ainsi de l’histoire mignonne, romantique, perverse, crue, triste, tragique à celle pleine d’espoir. Le nom de ce recueil est d’ailleurs très significatif : outre être la concaténation du titre de la première et dernière histoire (la 1ère se nomme « Avant le lever du jour », la dernière « La fin du monde ») cela résume très bien la logique scénaristique que nous présente en général l’auteur, à savoir une situation déprimante, pessimiste, des personnages menant une vie banale, sans ambition avant de conclure sur un ton plus positif, laissant présager un regain d’espoir. « La fin du monde » est donc cette situation tragique, qui est atténuée par le début d’une nouvelle journée, une nouvelle vie, un « reboot », imagé parfaitement par le « lever du jour ».

C’est d’ailleurs ce que nous explique Asano dans un texte de deux pages coincé entre deux histoires qu’il avait écrit à l’époque pour le magazine Quick Japan, qui consacrait un article à son travail. On y apprends de nombreuses choses sur son travail, sa vie quotidienne, ses amis, sa copine, … Il insiste beaucoup sur le découpage de l’histoire ainsi que le scénario et moins sur le dessin, on voit clairement là où son talent se situe. Il termine en nous expliquant son interprétation du « lever du jour » et compare sa vision actuelle avec celle de son « ancien lui ». Preuve en est que l’évolution de ses personnages dans la plupart de ses mangas est aussi, en quelque sorte, la sienne…

Voici le contenu de ce recueil riche en diversité :

Couverture
Une nouvelle fois, l’auteur nous montre son attirance pour la photo réelle et nous fournit en guise de couverture un magnifique paysage de… lever du jour ! (quel suspens)

0/ Sans titre
Ce manga de 4 pages (en couleur) est à la base des illustrations réalisées pour le dossier « Amour d’adolescent » du magazine Yasei Jidai.
A l’arrière plan on peut voir des paysages des environs de Tsukuba, où Asano allait au lycée.

1/ Avant le lever du jour
Cette histoire est en fait plusieurs histoires illustrant parfaitement ce que j’expliquais dans l’intro : Asano nous présente plusieurs personnages, durant la nuit, pessimistes sur leur situation. Au moment du lever du jour l’espoir renait, une nouvelle journée commence.
« Au lever du jour, on est tous sur la même ligne. Après, le reste ne dépends que de toi », fait partie des dernières phrases de cette histoire.
Attention une scène de Bukkake figure peut être parmi ces pages… ^^

2/ Alfalfa
Histoire très courte sur une quête de liberté. On y évoque des thèmes récurrents chez l’auteur comme la jeunesse, le lycée, l’amitié, les filles, …
D’ailleurs, la fille de l’histoire (Ôzawa) a « une part d’ombre et un petit côté pervers » (dixit l’auteur), c’est typiquement le genre de personnage avec lequel Asano n’est pas à l’aise.

3/4/5/ Dimanche après midi, 18h30
Concept très intéressant car l’auteur nous propose ici une seule et même histoire vue par 3 personnages différents, à savoir le père, le fils et la fille d’une même famille.
J’ai vraiment bien aimé le tout (surement mon histoire préférée du recueil) pourtant pour Asano il s’est totalement loupé. L’écriture de cette histoire se situe tout de suite après Solanin, marquant son retour en fanfare dans le magazine Big Comic Spirits avec une place en tête du magazine en couleurs.
Le titre est une référence évidente au très populaire dessin animé Sazaesan, diffusé depuis octobre 69 tous les dimanche après-midi à 18h30 sur Fuji TV.

6/ Quotidien et déprimes d’Eiko à l’imagination débordante
On nous présente ici Eiko, tenant une boutique sur le quai d’une gare, qui malgré une vie banale et ennuyeuse apparait comme une personne joyeuse, s’efforçant de montrer un visage constamment souriant.
Asano nous confie que l’homme à la mine fatigué, tenant le mauvais rôle de l’histoire est la représentation de son père.

7/ Comment s’occuper les jours de congé
Histoire très courte également (et sans véritable histoire) nous montrant comme son titre l’indique comment une jeune fille va occuper sa journée de congé. De fil en aiguille elle va se retrouver à errer dans les rues ou prendre un train… juste comme ça, sans but précis.
Asano avoue que c’était surement une période où il était fatigué.

8/ 17
Encore une histoire se déroulant dans le milieu scolaire. On y évoque les thèmes de la musique, de l’argent, des filles, …
Précision très intéressante (ou pas) d’Asano qui nous indique que dans la version poche du manga le pénis du personnage principal a été agrandit de 20%… ^^

9/ Un monde formidable
A nouveau un pitch original et très intéressant où une jeune fille lit une lettre qu’elle s’était écrite à elle-même il y a 1 an. On a ainsi un dialogue entre deux « moi » à une époque différente.
Le personnage peut alors constater sa propre évolution durant cette année, ainsi que celle du monde. « Le monde que tu regardes est-il un monde formidable ? »

10/ Tokyo
Le héros de cet histoire est un mangaka un poil dépressif (auto-portrait ?), qui lors d’une réunion des anciens de son école primaire se remémore sa jeunesse, et notamment une histoire d’amour loupée.
Pour construire cette histoire Asano est parti d’un découpage fait à l’âge de 12 ans qu’il avait mis de côté car il trouvait cette histoire trop longue et ennuyeuse. Plusieurs années plus tard et malgré plusieurs modifications il n’est toujours pas satisfait de cette histoire.
C’est amusant car une fois de plus c’est lorsqu’Asano n’est pas satisfait de son travail que je préfère ses histoires (à l’instar de « Dimanche après midi, 18h30″)

11/ La fin du monde
Comme son titre l’indique… pas, l’histoire nous narre une lycéenne qui donne un baiser (très détaillé) à un garçon au coucher de soleil sur le toit d’un immeuble… Comme nous le dit plus tard Asano, si c’est ça la fin du monde, c’est quand même un peu la loose.
Mis à part cette interprétation personnelle, l’histoire reste très belle (à nouveau dans le milieu scolaire).

Bonus/ Snakeman – les grandes batailles temporelles
En Bonus Track nous avons le droit aux deux pages du manga écrit par le personnage de « Tokyo » enfant.

Au final est-ce que je le recommande ? OUI si vous êtes fan d’Asano Inio, ou que vous aimez les recueils d’histoires sans rapport les unes aux autres. Mais NON si vous ne connaissez pas encore l’auteur et que vous êtes plutôt du genre « Naruto, Bleach, One Piece, … ». Dans ce cas je vous conseille plutôt de vous familiariser au style de l’auteur avec Solanin, chef d’oeuvre ultime.

Merci à Kana d’éditer toutes ces oeuvres du génial Asano Inio, mais je ne peux pas ne pas évoquer LE point noir qui fâche : le prix !
En effet pour lire ces 276 de recueil il vous faudra débourser pas moins de 15€ ! Qu’est-ce qui justifie ce prix ?
- le nombre de pages ? non, il y en a à peine plus qu’un manga traditionnel et beaucoup moins qu’une édition collector (vendue souvent moins cher que 15€)
- le format ? encore moins, c’est exactement le même qu’un manga de base.
- les pages couleurs ? pas vraiment, il y a quelques pages colorisées par-ci par-là mais cela devient courant dans les éditions actuelles et il y en a de toute manière moins que dans les éditions deluxe/collector.

Alors pourquoi 15€ ? Surtout que les précédents oeuvres d’Asano éditées chez Kana sont vendus à 10€ pièce…

Posté par Misaki   @   21 juillet 2011 0 Commentaires
Tags : asano inio , fin du monde , , lever du jour , monde formidable , sazaesan , ,

0 Commentaires

No comments yet. Be the first to leave a comment !
Ecrire un Commentaire

Article précédant
«
Article suivant
»

Cloude designed by WebdesignIn conjunction with Free MMORPG Games , CD Rates , Fat Burning Furnace Trial.